Gillaumé

20 rue de la mairie
52230
Gillaumé
Téléphone: 
03 25 55 92 67
Courriel: 
mairie.gillaume@orange.fr

Horaires de la Mairie

Vendredi de 15h00 à 16h45
Population (nbre): 
51
Superficie: 
5,21 km²
Altitude: 
300 m

Elus

Maire: 
Jean-François FONTAINE
Adjoint(s): 
Olivier KOWALCZYK - 1er adjoint Grégory BRUNEEL - 2ème adjoint
La commune est située à 340 mètres d'altitude et s'étend sur 5,2 km². Avec une densité de 8,8 habitants par km², Gillaumé a connu une nette hausse de 76,9% de sa population par rapport à 1999. La commune est proche du parc naturel régional de Lorraine.

Eléments remarquables

Personnalités liés à la commune: 
L'église de Gillaumé abrite une statue de sainte Barbe du XVIe siècle, en pierre polychrome, d'une hauteur de 133 cm, classée par les monuments historiques depuis 1965. Elle a été rénovée en 2006. Sainte Barbe aurait vécu au milieu du IIIe siècle après Jésus Christ en Bithynie (pan nord-ouest de l'Anatolie) sous le règne de l’empereur Maximien. Son père, Dioscore, aurait été un riche édile païen d'origine phénicienne. Un jour, son père décida de marier Sainte Barbe à un homme de son choix ; elle refusa et décida de se consacrer au Christ. Pour la punir, son père l’enferma dans une tour à deux fenêtres, mais un prêtre chrétien, déguisé en médecin, s’introduisit dans la tour et la baptisa. Au retour d’un voyage de son père, Barbe lui apprit qu’elle avait percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle était chrétienne. Furieux, le père mit le feu à la tour. Barbe réussit à s’enfuir, mais un berger découvrit sa cachette et avertit son père. Ce dernier la traîna devant le gouverneur romain de la province, qui la condamna au supplice. Comme la jeune fille refusait d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonna au père de trancher lui-même la tête de sa fille. Elle fut d'abord torturée : on lui brûla certaines parties du corps et on lui arracha les seins, mais elle refusa toujours d'abjurer sa foi. Dioscore la décapita mais fut aussitôt châtié par le Ciel. Il mourut frappé par la foudre. Quand les chrétiens vinrent demander le corps de la jeune martyre, ne voulant pas utiliser son prénom perse et ne pouvant pas se dévoiler en utilisant son prénom de baptême chrétien, ils ne purent en parler que comme « la jeune femme barbare », d'où le nom de sainte Barbara qui lui fut donné.